Une page d’histoire

Après avoir étudié la possibilité de s'associer à un autre organisme du domaine de la surdité, cinq personnes devenues sourdes se réunissaient en octobre 1984 dans une résidence de Ste-Foy, afin de mettre sur pied le Regroupement des devenus sourds de la région de Québec (RDSRQ).

Après l'obtention des lettres patentes pour son incorporation (charte scellée le 18 décembre 1984), le premier conseil d'administration s’attela à la tâche et commença le recrutement de membres. Dès le début, la mission de sensibilisation de la population à la réalité des malentendants fut également au cœur des préoccupations de l’organisation. En effet, l’impression et la distribution de dépliants d’information débutèrent à cette époque.

Bien que nous manquions de financement et de téléscripteurs pour les appels téléphoniques, nous nous sommes lancés le défi de sensibiliser le personnel de l'I.S.C. (Institut des sourds de Charlesbourg) à la réalité des personnes devenues sourdes, réalité très différente de celle des sourds gestuels auxquels ils étaient plus familier. Maintenant devenue l’Institut de réadaptation physique de Québec, cet organisme est depuis ce temps un de nos partenaires.

Notre bulletin, Se comprendre, vit le jour en 1985. Cet organe de communication répondait à un très grand besoin d’information et de soutien de la part de nos membres. C’est également à cette époque que le nombre de nos adhérents nous permis d’obtenir une subvention de l’OPHQ. Lentement, mais sûrement nous prenions notre envol.

En 1986 a eu lieu le premier Sommet sur la déficience auditive. Les recommandations formulées dans un document synthèse ont permis aux différents ministères et organismes gouvernementaux d'obtenir une meilleure analyse des besoins quotidiens des personnes malentendantes ou devenues sourdes. Il était capital et prioritaire pour nous de participer aux décisions qui nous concernaient, d'expliquer nos besoins et de faire respecter nos droits. 

Depuis ce temps, nous avons grandi pour devenir aujourd’hui l’Association des personnes avec une déficience de l’audition. Ce changement de nom vient refléter l’évolution de nos services. En effet, notre association est la seule de la province à avoir ouvert un groupe spécifique aux gens atteints de la maladie de Ménière. Ce groupe était un ajout naturel à notre offre de service en cela qu’il répond exactement à notre valeur d’inclusion. L’association s’adresse aux familles et est d’ailleurs ouverte à l’ensemble de la population ayant un intérêt pour la déficience de l’audition.

Plusieurs services se sont greffés à notre mission d’origine, notamment un service d’aide et d’entraide où les malentendants trouve support auprès de pairs vivant une réalité semblable à la leur. Nous offrons également une grande gamme d’activités permettant à nos membres de briser l’isolement dont ils souffrent parfois. Notre service d’accompagnement se traduit par l’orientation vers les ressources adéquates du système de santé. Nous effectuons aussi de la défense de droits auprès des instances publiques et privées.

Nous sommes résolument tournés vers l’avenir et avons toujours de nouveaux défis à relever.