PROTHÈSES AUDITIVES ET AIDES TECHNIQUES

Se procurer des prothèses auditives
Auteurs
Mathieu Hotton, audiologiste
Patrice Pelletier, audioprothésiste
Québec, QC, Canada
Date: 2014-03-07
Envisagez-vous de vous procurer des prothèses auditives ? Dans cet article, nous vous présentons une démarche d’appareillage typique, en trois grandes étapes, ainsi que quelques conseils afin de vous guider dans votre processus.
Ce cheminement s’adresse d’abord aux personnes qui n’ont jamais porté de prothèses auditives et qui s’en procureront pour la première fois.

1)    L’évaluation

Le premier pas consiste à rencontrer un audiologiste pour obtenir une évaluation complète de votre audition. L’audiologiste déterminera la nature et la sévérité de votre perte auditive. Ensuite, il procédera à l’évaluation globale de vos besoins, une étape très importante qui permettra à l’audiologiste de vous confirmer si effectivement vous avez besoin de porter des prothèses auditives ou si d’autres moyens de réadaptation seraient indiqués pour vous. De plus, l’audiologiste vous aidera à déterminer vos besoins en termes de prothèses auditives (par exemple, format, options et accessoires à envisager). À la fin de l’évaluation, l’audiologiste vous remettra un rapport contenant ses résultats ainsi qu’une recommandation de prothèses auditives.
L’audiologiste vous demandera ensuite d’aller consulter un médecin spécialiste oto-rhino-laryngologiste (ORL). En effet, il est nécessaire de réaliser une évaluation médicale du système auditif avant de procéder à la pose des prothèses auditives, pour s’assurer que la perte auditive est permanente, qu’aucun traitement médical n’est requis et qu’il n’y a pas de contre-indication médicale à l’appareillage. Le médecin ORL aura besoin du rapport de l’audiologiste pour pouvoir compléter son intervention, vous devrez donc le lui remettre. Le médecin vous donnera lui aussi un rapport à la suite de la consultation, à moins qu’une intervention médicale plus poussée ne soit nécessaire. Si c’était le cas, vous devrez suivre les indications du médecin ORL avant de poursuivre le processus d’appareillage.
Lorsque vos démarches auprès de l’audiologiste et du médecin ORL seront complétées, il sera temps de consulter un audioprothésiste, le professionnel qui vend, pose et ajuste les prothèses auditives. Vous devrez lui remettre les rapports de l’audiologiste et du médecin ORL. Lors de la première visite, l’audioprothésiste complètera avec vous l’évaluation de vos besoins en termes de prothèses auditives, amorcée avec l’audiologiste. L’audioprothésiste choisira avec vous un modèle précis de prothèse auditive en tenant compte de vos besoins, du marché des prothèses auditives, de vos préférences, des recommandations de l’audiologiste et du médecin ORL ainsi que de vos capacités financières. De plus, l’audioprothésiste vérifiera la forme de vos oreilles et effectuera possiblement un moulage de vos conduits auditifs afin de pouvoir commander des prothèses auditives bien adaptées pour vous.

2)    L’appareillage

Habituellement, la livraison des prothèses auditives a lieu lors de la deuxième rencontre chez l’audioprothésiste, environ deux semaines après le premier rendez-vous. L’audioprothésiste vous remettra vos prothèses auditives et les ajustera pour vous. Il vous expliquera leur fonctionnement et comment les manipuler. Vous pourrez quitter la clinique en emportant vos prothèses auditives avec vous.
L’audioprothésiste vous demandera de revenir le voir quelques semaines plus tard (après 2 à 4 semaines environ) pour s’assurer que l’ajustement est optimal, que vous portez régulièrement vos prothèses et que vous vous y adaptez bien. Il est très important de revenir chez l’audioprothésiste pour ce suivi et de lui dire franchement, en détails, comment se passe vos premiers moments avec les prothèses auditives. Si un problème se présentait, l’audioprothésiste réajusterait vos prothèses. Il pourrait même vous proposer de les remplacer ou d’en modifier certains accessoires ou options, si cela s’avérait nécessaire.

3)    La validation

L’audioprothésiste vous offrira un autre rendez-vous environ un à deux mois suite à la livraison des prothèses auditives, afin de faire un bilan du processus d’appareillage. L’audioprothésiste cherchera à confirmer que vos prothèses auditives sont correctement ajustées, qu’elles répondent bien à vos besoins d’amplification et que vous en êtes satisfaits. Il effectuera des mesures sur vos prothèses auditives pour vérifier que l’amplification qui vous est fournie est adéquate. Un réajustement des prothèses auditives ou l’ajout d’options ou d’accessoires pourrait être proposé. L’audioprothésiste acheminera ensuite un rapport d’appareillage à votre audiologiste pour l’informer des résultats obtenus. L’audioprothésiste pourrait égalementcontacter l’audiologiste et lui demander de vous revoir, si des problèmes particuliers étaient rencontrés en cours d’appareillage.
Il faut donc prévoir que les démarches entourant l’acquisition de premières prothèses auditives dureront en moyenne 3 mois, incluant un minimum d’une rencontre chez l’audiologiste et 4 rendez-vous chez l’audioprothésiste, auxquels il faut ajouter 1 rencontre chez le médecin ORL et aussi, possiblement, quelques rencontres supplémentaires avec l’audioprothésiste et l’audiologiste, selon le cas.


Le suivi


Quand ce processus d’appareillage est complété, il est habituellement recommandé de retourner voir votre audioprothésiste en suivi à tous les 6 mois ou entre temps au besoin (par exemple, en cas de bris de vos prothèses). Il est aussi recommandé d’effectuer une évaluation périodique en audiologie, généralement à tous les deux ans, ou entre temps selon le besoin (par exemple, si vous sentiez une baisse de votre audition ou de nouvelles difficultés en lien avec votre perte auditive). Ceci n’est qu’une indication générale. À la fin de l’appareillage, l’audiologiste et l’audioprothésiste vous indiqueront clairement quand vous devrez revenir les voir, en fonction des particularités de votre cas.


Cas particuliers

 

  •    Le renouvellement des prothèses auditives

Si vous portez déjà des prothèses auditives et qu’elles doivent être remplacées, vous devrez suivre le même cheminement, à l’exception que vous n’aurez possiblement pas à revoir le médecin ORL. L’audiologiste vous le confirmera à la suite de la réévaluation de votre audition.

 

  • Les personnes qui bénéficient d’un suivi actif régulier en audiologie dans un centre hospitalier ou un centre de réadaptation spécialisé du secteur public

Certains audiologistes qui travaillent dans ces établissements s’impliquent plus activement dans le processus d’appareillage de leurs clients en cours de suivi actif. Ainsi, à l’étape de l’évaluation, l’audiologiste pourrait communiquer avec l’audioprothésiste afin de s’entendre pour que les prothèses auditives qui vous seront livrées correspondent bien aux recommandations de chacun et qu’elles contiennent toutes les caractéristiques nécessaires pour répondre à vos besoins particuliers.


De plus, à l’étape de la validation, votre audiologiste vous demandera de le contacter quand vous aurez obtenu vos prothèses auditives et que vous aurez complété vos démarches auprès de l’audioprothésiste. Certains audiologistes demanderont à vous revoir, d’autres se limiteront à lire le rapport qu’ils auront reçu de l’audioprothésiste, à échanger avec lui ou à recueillir vos commentaires. L’audiologiste voudra alors savoir si vos prothèses auditives répondent bien à vos besoins et si vous ressentez encore des difficultés d’écoute et de communication malgré le port de vos prothèses, car cela pourrait signifier que des modifications devraient y être apportées ou que vous auriez besoin d’une aide supplémentaire. Si c’était le cas, il effectuera une nouvelle évaluation globale de vos besoins en vue de déterminer quels autres moyens de réadaptation devraient être mis en place. S’il jugeait que des modifications devaient être apportées à vos prothèses, l’audiologiste contactera l’audioprothésiste pour en discuter avec lui. L’audiologiste pourrait alors vous demander de retourner chez l’audioprothésiste ou effectuer lui-même certaines modifications, selon l’entente qui aura été prise entre les deux professionnels.


Conseils pour un consommateur informé

 

  •  Avantages et limites des prothèses auditives

Les technologies de prothèses auditives numériques se sont nettement améliorées depuis les 10 dernières années. Leur sonorité est maintenant plus naturelle et de meilleure qualité, elles sont plus confortables à écouter, elles peuvent être réglées plus précisément pour mieux répondre aux caractéristiques de la surdité de chaque personne et elles provoquent moins de dérangement en ambiance sonore bruyante ou en présence de bruits forts soudains. De plus, elles contiennent une panoplie d’options et d’accessoires permettant, entre autres, d’améliorer la communication en présence de bruit ambiant, d’éliminer le retour de son (feedback) et de les utiliser avec ou sans fil avec le téléphone cellulaire, le téléphone de la maison et la télévision. Les prothèses auditives offrent désormais une aide très efficace pour la grande majorité des personnes malentendantes.


Néanmoins, les prothèses auditives numériques ne sont pas parfaites. À ce jour, elles ne permettent pas de restaurer complètement l’audition normale. La plupart des personnes qui portent des prothèses auditives ne peuvent pas entendre tout à fait comme les personnes qui ont une audition normale puisque la prothèse ne peut pas réparer les structures anatomiques de l’oreille qui sont endommagées par la surdité. Malgré le port de prothèses auditives numériques performantes ajustées de manière optimale, la majorité des personnes malentendantes demeurent avec des difficultés d’écoute et de communication dans les environnements bruyants, lors de l’écoute à distance ou dans les grands espaces et lors de l’écoute de la musique. Ainsi, il serait normal que certaines difficultés liées à la surdité persistent malgré le succès de l’appareillage auditif. C’est pourquoi il est très important de discuter avec l’audiologiste et l’audioprothésiste au début du processus d’appareillage pour s’assurer que vos attentes et vos objectifs sont clairs, bien définis et réalistes, ce qui augmentera vos chances d’obtenir du succès avec vos prothèses et d’en être bien satisfaits.

 

  • Adaptation au port des prothèses auditives

La plupart des personnes malentendantes qui commencent à porter ou remplacent des prothèses auditives auront besoin de temps pour s’y habituer. Cette période d’adaptation peut durer de quelques semaines à quelques mois, selon les individus. D’une part, le corps doit apprendre à tolérer la présence des prothèses dans les oreilles, un peu comme lorsque l’on change de montre, de souliers ou de prothèses dentaires. D’autre part, le système auditif et le cerveau de la personne doivent réapprendre à entendre des sons qui n’étaient plus perçus en raison de la surdité. En effet, la personne entendra de nouveaux sons avec ses prothèses auditives, des sons qu’elle n’aura possiblement pas entendus depuis de nombreuses années. Au début, ces sons pourraient être désagréables à entendre mais avec le temps, le système auditif et le cerveau réapprendront à les analyser correctement, ce qui permettra à la personne de profiter au maximum de ses prothèses après un certain temps. Il ne faut donc pas vous attendre à ce que votre écoute soit parfaite avec vos nouvelles prothèses dès le premier jour. Il faut laisser à votre corps, à votre système auditif et à votre cerveau le temps de s’y accoutumer.

 

  • Porter une ou deux prothèses auditives

Quand la perte auditive atteint les deux oreilles, il est généralement recommandé de porter deux prothèses auditives, une dans chaque oreille (port bilatéral), plutôt que de ne porter qu’une seule prothèse, sauf en cas de contre-indication médicale à l’appareillage à l’une des deux oreilles. Les avantages du port bilatéral des prothèses auditives sont bien documentés dans la littérature scientifique. Cela permet, entre autres, de mieux comprendre la parole, que ce soit dans le silence ou en présence de bruit ambiant, et de mieux localiser la provenance du son. Si vos moyens financiers pour l’achat de vos prothèses sont limités, il est préférable de choisir deux prothèses moins dispendieuses, ce qui vous permettra d’avoir accès au port bilatéral des prothèses, plutôt que de payer pour une seule prothèse de technologie plus avancée mais qui sera plus chère.

 

  • Formats

Il existe des prothèses auditives de différents formats. Certaines se logent au creux de l’oreille (intra-auriculaires) et d’autres se placent derrière le pavillon de l’oreille (contours). Ces deux formats sont disponibles en différentes grosseurs, selon la puissance et le nombre d’options et d’accessoires nécessaires (les prothèses plus grosses sont habituellement plus puissantes et comprennent davantage d’options et d’accessoires). L’audioprothésiste et l’audiologiste vous orienteront vers le format qui convient le mieux à vos besoins.
Il est généralement peu recommandé de choisir la prothèse intra-auriculaire la plus petite (péritympanique ou CIC), celle qui est pratiquement invisible. En effet, sa petite taille limite les options et accessoires que l’on peut y insérer. De plus, sa position profonde dans le conduit auditif la rend plus susceptible aux bris en raison de l’exposition accrue au cérumen et à l’humidité, sans compter que la consommation de piles peut être plus élevée. Il est plutôt suggéré, lorsque c’est possible, de choisir un produit de format mini contour, qui demeurera discret tout en étant plus flexible, qui comprendra une plus large palette d’options et d’accessoires et qui aura une consommation de piles plus faible.

 

  • Options et accessoires


Une grande quantité d’options et d’accessoires sont actuellement disponibles avec les prothèses auditives. Il n’est pas possible de les énumérer au complet dans le contexte de cet article. Néanmoins, nous vous présentons quelques incontournables dont vous devriez discuter avec votre audioprothésiste et votre audiologiste au moment de choisir votre modèle de prothèses auditives.


-    Les micros directionnels, les micros auxiliaires sans fil et les systèmes MF permettent d’améliorer la reconnaissance de la parole dans le bruit. Ils peuvent être très utiles si vous devez souvent communiquer en présence de bruit ambiant ou dans de grands espaces (comme au restaurant, en auto, à l’église ou dans une grande salle de réunion).
-    Les gestionnaires de rétroaction acoustique peuvent empêcher les prothèses auditives de siffler (éliminent le « feedback »).
-     Il est possible d’avoir plusieurs « programmes » dans vos prothèses, qui peuvent être dédiés à différentes situations d’écoute, comme la vie quotidienne, l’écoute en milieu bruyant, l’écoute du téléphone ou de la télévision et l’écoute de la musique. Vous pouvez ensuite choisir le programme que vous désirez utiliser selon la situation d’écoute dans laquelle vous vous trouvez.
-     L’ajustement du volume et le changement de programme automatiques peuvent diminuer les manipulations que vous devrez effectuer sur vos prothèses. Si vous préférez tout manipuler vous-même, vous pouvez demander l’ajout d’un contrôle de volume et d’un interrupteur de programmes manuels.
-     Il existe des adaptateurs permettant de jumeler sans fil les prothèses auditives avec les téléphones cellulaires, en passant par l’option Bluetooth du cellulaire. Un « must » si vous êtes un utilisateur de cette technologie. Ces adaptateurs peuvent aussi, dans certains cas, permettre de relier les prothèses à la télévision, au téléphone de maison, à l’iPod ou à toute autre source audio.
-    Pour les enfants ou les étudiants qui utiliseront leurs prothèses en salle de classe, prévoir une entrée audio directe pour pouvoir relier les prothèses à un système MF.
-   La bobine téléphonique (ou capteur T) est une option qui permet d’écouter le téléphone de maison sans retour de son. Elle permet aussi d’utiliser le collier magnétique pour écouter la télévision ou toute autre source sonore en passant par les prothèses. Cette option pourrait de plus être très utile si vous fréquentez les théâtres, cinémas ou salles de spectacles qui utilisent un système d’amplification de salle de type « boucle magnétique ».
-   Vous avez de la difficulté à manipuler les petits objets : demandez une télécommande et un outil pour changer les piles.
-   De plus en plus de prothèses auditives comprennent un générateur de bruit intégré (bruit blanc ou autre) pour diminuer le dérangement occasionné par les acouphènes.
-   L’abaissement fréquentiel est une technologie qui permet de mieux restaurer l’audibilité des sons de fréquence aiguë. À envisager si vous avez une perte auditive importante dans cette zone de fréquences.

 

  • Période d’essai

Généralement, les audioprothésistes n’offrent pas de période d’essai de prothèses auditives gratuites, sauf à de rares occasions pour des clients connus qui présentent des besoins particuliers. Toutefois, lorsque vous vous procurez des prothèses, vous bénéficiez habituellement d’une période de 30 à 60 jours pendant laquelle l’audioprothésiste pourrait accepter de remplacer vos prothèses par un autre modèle ou de vous rembourser, si vous n’étiez pas satisfaits ou que les prothèses ne vous offraient pas les résultats escomptés. Il est important de questionner l’audioprothésiste sur ses politiques d’échange et de remboursement au moment de votre achat.
·  Gamme de produits et prix
La plupart des manufacturiers de prothèses auditives offrent des produits qui se déclinent en différentes gammes. Par exemple, il existe des prothèses d’entrée de gamme, de gamme intermédiaire et de gamme avancée. Bien que les produits d’entrée de gamme offrent une amplification d’aussi bonne qualité que les produits de gamme plus avancée, ces derniers contiendront davantage d’options ou d’accessoires, les rendant particulièrement intéressants pour des personnes ayant des besoins spécifiques. L’audioprothésiste et l’audiologiste pourront vous guider vers une gamme de produits correspondant à vos besoins. Le prix d’une prothèse auditive peut varier de 1 200 à près de 4 000 $ selon la gamme de produits et la quantité d’options et d’accessoires requis.
· Programmes de subvention gouvernementaux pour l’achat de prothèses auditives
Vous pourriez avoir droit à une ou deux prothèses auditives gratuites si vous répondez aux critères de certains programmes gouvernementaux, tels que la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST), la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) ou le programme des anciens combattants du Canada. Si c’était le cas, l’audioprothésiste et l’audiologiste vous en informeront.
Dans le cas où vous n'auriez jamais porté de prothèses auditives, il est généralement recommandé de choisir des prothèses qui seront payées par un organisme gouvernemental, si vous y êtes admissibles. Ces prothèses permettent de répondre aux besoins de la majorité des personnes malentendantes. Vous pourrez ainsi acquérir une expérience avec le port de prothèses à un coût minimal, ce qui vous donnera un point de référence pour vous permettre de comparer les différentes technologies entre elles lors d'un achat ultérieur.
  • Alternatives aux prothèses auditives

Pour plusieurs personnes malentendantes, le port des prothèses auditives ne sera pas suffisant à lui seul pour éliminer toutes les difficultés d’écoute et de communication causées par la surdité. Il est souvent nécessaire d'utiliser des aides de suppléance à l’audition dans des situations d'écoute spécifiques, en plus ou parfois Ancremême à la place des prothèses auditives. Par exemple, il existe des aides de suppléance à l’audition pour faciliter l’écoute de la télévision (écouteurs sans fil), du téléphone (téléphone amplifié), lors de spectacles ou de conférences (système MF) et pour la perception des avertisseurs sonores à la maison (avertisseurs lumineux ou tactiles reliés au détecteur de fumée ou à la sonnette de porte). De plus, l’utilisation de comportements de communication mieux adaptés (lecture sur les lèvres ou autres stratégies de communication) pourrait rester essentielle lors de conversations en groupe ou en ambiance sonore bruyante. Votre audiologiste et votre audioprothésiste pourront vous conseiller à ces sujets. Habituellement, ce sont l’audiologiste et parfois l’orthophoniste qui offrent les thérapies spécialisées dans ces domaines.


© Mathieu Hotton et Patrice Pelletier, 2014. Texte produit pour diffusion sur le site web de l’Association des personnes avec une déficience de l'audition, Québec, QC, Canada. Reproduction permise avec l’autorisation des auteurs seulement et en citant la source selon les normes reconnues.